Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyage de plusieurs mois en Amérique du sud, de l'Equateur à la Bolivie, en passant par les Galapagos, l'Amazonie, le Pérou, le Chili, la Patagonie et l'Argentine

30 Nov

EQUATEUR - Iles Galapagos

Publié par Anne et Romain  - Catégories :  #Equateur

 

ILES GALAPAGOS
 

Situé à 100 kilomètres à l’ouest des côtes Equatoriennes en plein océan pacifique, cet archipel est composé de 13 iles, 17 ilots et 47 récifs. Les Galápagos sont un point chaud de la terre, une zone de fragilité de la croute océanique sous-marine et de ce fait l’activité volcanique y est intense avec des éruptions quasi annuelles.

 
Crées par l’éruption des volcans il y environ 10 millions d’années, les iles Galápagos sont un coin à part dans le monde et n’ont jamais été rattachées au continent sud-américain. De ce fait, la végétation et la flore qui s’y sont développées sont uniques au monde, composées pour la grande majorité d’espèces exclusivement endémiques : tortues gigantesques (qui ont donné leur nom à l’archipel : Galápagos), iguanes marins, pinsons, fous a pieds bleu et pieds rouge, fous masqués, frégates, albatros, pélicans, otaries, crabes multicolores, etc...

 


Chaque ile représente le sommet émergé d’un volcan. Les paysages y sont lunaires et les blocs durcis par les précédentes coulées de lave s’étendent des sommets des volcans jusqu’au littoral. On compte environ 2000 cratères de volcans dans tout l’archipel.
 
Les Galápagos ont longtemps servi de refuge et de base de ravitaillement en eau et en viande (notamment de tortues) aux pirates jusqu’en 1710. Par la suite, vinrent y séjourner des baleiniers américains et anglais pour y traquer la viande et la fourrure des otaries jusqu’à mettre en danger d’extinction cette espèce sur les iles. Le 12 février 1832, l’Equateur prend officiellement possession des iles et établit une première colonie sur l’ile de Floreana. L’archipel va enfin pouvoir commencer à respirer à partir de 1934, date à laquelle sont promulguées les premières lois sur la protection de la faune et la flore de l’archipel. Aujourd’hui, tout l’archipel est classé Parc National et les excursions sur les iles inhabitées ne se font qu’exclusivement accompagné d’un guide du Parc National. Seules 4 iles sont habitées et les populations sont installées dans des zones spécialement dédiées à l’urbanisation, protégeant ainsi le reste des iles.
 
On accède aujourd’hui aux Galápagos par avion depuis le continent (Guayaquil ou Quito) puis le voyage entre les iles se fait en bateau. Certaines iles sont très éloignées entre elles, la traversée est beaucoup plus longue (environ 1 journée de navigation).
 
Nous avons choisi d’éviter ces longues traversées et de nous concentrer exclusivement sur les trois principales iles habitées : San Cristobal, Santa Cruz et Isabella.



Arrivée sur Isla San Cristobal

 


ISLA SAN CRISTOBAL
 

Nous sommes accueillis à la sortie du petit aéroport de Puerto Baquerizo Moreno par Nathaly, propriétaire de la pension où nous allons dormir pour deux nuits. Après la présentation des installations et de notre chambre, nous sommes impatients d’aller découvrir les merveilles de l’ile. Notre première question :

 
- "Où peut-on voir des phoques ?"
- "Des phoques ! A deux minutes d’ici à pied, sur le port !"
 
Notre premier contact avec la faune locale est fort en émotion. Nous avons déjà tous pu voir des phoques en représentation théâtrale dans les parcs aquatiques européens, mais les rencontrer en liberté ici aux Galápagos fut un émerveillement quotidien. Ceux-ci paressent à longueur de journée sur les quais et les plages, ne prêtant guère attention aux activités humaines. Nous pouvons marcher et passer à côté d’eux sans crainte de leur part, sauf peut-être un petit hochement de tête de temps en temps histoire de dire "Tu peux pas faire moins de bruit en marchant !! Tu vois bien que je fais la sieste !"



Phoque montant la garde...



Concours de baffes entre jeunes phoques

 

L’ile possède de belles plages aux eaux claires. L’occasion pour nous de pratiquer la plongée avec masque et tuba pour admirer les fonds marins des environs où nagent une multitude de poissons multicolores.

 

Playa Mann



Playa tortuga et ses nombreux rochers de lave


Crabe multicolore (petite pensée pour Kevin...)

De nombreux iguanes marins reprennent des forces en bronzant sur les récifs. Leur aspect de monstres préhistoriques est assez repoussant et ceux-ci se laissent également approcher de très près. Ils se nourrissent exclusivement d’algues qu’ils vont chercher dans l’océan jusqu’à environ 20 mètres de profondeur.


Iguane marin


Le temps passe très vite et nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. Nous devons déjà quitter l’ile San Cristobal après trois journées pour prendre un bateau en direction de l’ile Isabella.

Coucher de soleil sur Puerto Baquerizo Morino
 


ISLA ISABELLA

 

Avec ses 4588 km2 de superficie, l'ile d'Isabella est la plus grande de l'archipel des Galápagos. Elle est formée par 6 volcans dont 5 sont encore en activité. Le volcan Cerro Azul est le plus élevé de l'archipel (1700m). Sa dernière éruption date de 1998. Les parties sud et nord de l'ile sont séparées par un étroit isthme de lave. N’ayant que peu de temps devant nous, nous resterons dans la partie sud de l’ile.
 
Nous sommes arrivés en fin de journée après avoir fait une escale sur l'ile de Santa Cruz. La traversée fur laborieuse car l'océan Pacifique est agité et les navettes fluviales ne sont, d'après nous, pas du tout adaptées pour ce type de traversée. Deux rangées se font face à l'intérieur de la coque, fenêtres fermées... tout pour être malade. Pour ceux qui n'ont pas le pied marin, la traversée est cauchemardesque.
 
Bien qu'étant la plus grande ile de l'archipel, Isabella est la moins développée. Elle a gardé son charme d'ile sauvage, mais pour combien de temps...? A l'approche du port de Puerto Vallamil, quelques exclamations se font entendre "une raie !!" L'eau est tellement claire que certains ont pu apercevoir une raie Manta semblant planer dans l'eau turquoise. Nous aurons la chance d'en voir de nos propres yeux plus tard.
 
Le centre du village est à 20 minutes à pied du port et notre maison d'hôte "La Casa de Beto" se situe sur la plage. Notre chambre est à part, seule dans un bâtiment à deux pas de la mer. Très charmant. Nous déposons vite nos affaires et partons faire une balade au coucher du soleil sur la magnifique plage de Puerto Vallamil.

 

Coucher de soleil sur Isabella


Le lendemain, nous partons faire l'excursion sur le volcan Sierra Negra prévu dans notre formule de voyage. Apres une petite demi-heure de minibus, notre groupe s'arrête dans un champ où nous attendent des chevaux. Ils n'ont pas l'allure de Jolly Jumper, mais la balade est sympathique. Nous arrivons au pied du cratère du volcan Sierra Negra, considéré comme étant le plus vieux volcan de l'ile et avec un diamètre de 10km, son cratère est le second plus grand au monde. Le paysage est presque lunaire, des gigantesques coulées de lave pétrifiées forment des tunnels noirs, bordés de cactus. Nous déjeunerons sur ce site incroyable, avec une vue panoramique dominant les autres petits volcans aux alentours, dont le volcan Chico.

 

Cratère du volcan Sierra Negra

Paysage volcanique et Volcan Chico


Le jour suivant nous passerons une partie de l'après-midi à faire de la plongée de surface dans une crique accessible par bateau. A quelques centaines de mètres seulement d'un canal où se reposaient des requins à pointes blanches, Anne n'est pas très rassurée.


Requins à pointes blanches


La baie de la "Concha Perla" se situe derrière une forêt de mangroves impressionnantes, et une fois découverte, nous y retournerons souvent. L'eau y est limpide et la faune marine présente... tortues, pingouins, phoques, raies, poissons, crabes... Un vrai bonheur !


Concha Perla


Les journées passent beaucoup trop vite, alors nous louons des vélos pour faire une excursion le long de la partie sud de l'ile pour admirer des lagunes, des flamands roses, des iguanes et des roches volcaniques.
 

Iguane marin

 

Enfin, nous avons rendu visite à la légendaire tortue Galápagos. Nous sommes arrivés pendant le repas de ces respectueuses centenaires et nous avons même contribué au bon déroulement de leur déjeuner... Les tortues sont séparées par taille et par espèce. Le centre d'Isabella et celui de Santa Cruz contribuent à leur développement et à leur sauvegarde.

 

Elevage de jeunes tortues


Tortue Galapagos
 

Les quatre jours passés sur Isabella resteront gravés dans notre mémoire pour longtemps et c'est avec regrets que nous quitterons cette ile.


 

ISLA SANTA CRUZ

 

Cette ile est la deuxième plus importante par sa taille (986 km2). Santa Cruz est un volcan éteint dont l'activité remonte à environ 1.5 millions d'années. C'est l'ile la plus développée de l'archipel et Puerto Ayora, le port principal, est une ville plus qu'autre chose (environ 10 000 habitants). Des centaines d'hôtels, bars, restaurants et commerces longent le port et s'étendent au-delà. A moins d'entrer dans les terres et payer cher un taxi, le charme des plages sauvages de l’ile Isabella semble avoir disparu.

 
Seuls les pélicans ne semblent pas gênés par la population et attendent patiemment dans les marchés que les pêcheurs leur jettent les abats de poissons non propices à la vente. 





Romain et pélican a l'affut du poisson...

Nous avons visité le centre de Darwin. Cette fondation a vu le jour en 1959 sous le patronage de l'Unesco et de l'IUCN (Union mondiale pour la conservation de la nature). Elle fut inaugurée officiellement en 1964. Ses principales fonctions sont l'information scientifique, la conservation des espèces marines, reptiles dont iguanes terrestres, oiseaux et plantes, la formation d'étudiants Equatoriens et de guides naturalistes. Cette fondation est principalement connue des touristes pour l'élevage des plus grosses tortues du monde et le célèbre "Solitario Jorge". Cette tortue vécut solitaire sur l'ile de Pinta avant d'être découverte au début des années 70, on croyait alors sa race éteinte. Jorge est centenaire, et c'est avec difficulté que les scientifiques recherchent une femelle de même race pour l'accoupler.



Les tortues gigantesques des Galápagos sont en voie d'extinction, il n'en reste plus que 15.000 aujourd'hui. Ceci à cause de nombreux animaux domestiques et autres espèces importés par les premiers colons Equatoriens, tels les chiens, les bovins, les rongeurs (entre autres) qui mettent en péril l'habitat des tortues et leurs œufs. La station Darwin récolte les œufs dans les différentes iles, les incube et élève les bébés jusqu'à l’âge de 4 ans, âge auquel les jeunes tortues sont remises en liberté dans leur ile d'origine.
 

Iguane terrestre du Centre Darwin


En quête de dépaysement et nostalgiques de la tranquillité d'Isabella, nous faisons une petite excursion aux alentours du centre-ville et arrivons sur une magnifique plage de sable blanc, totalement déserte et sauvage. La mer semble agitée et les rouleaux sont menaçants. Un panneau indique que la baignade est interdite. Nous longeons le large, croisant quelques iguanes et aigrettes et découvrons une lagune isolée qui abrite des fous à pieds bleu. L'eau y est calme et chaude et c'est sans hésiter que nous y plongeons et y restons tout l'après-midi.






Réunion d'iguanes marins


Quelques endroits à l'écart du port et du centre-ville sont encore sauvages, mais ils sont peu à peu envahis par les touristes et les hôtels neufs. C'est vraiment dommage!!
 
Notre rêve se termine et c'est tôt le matin que nous nous rendons à l'aéroport de Baltra, rattaché à Santa Cruz par un petit canal. Le retour sur le continent, à Guayaquil est brutal et nous remet les pieds sur terre. Nous garderons de ce cours voyage aux iles Galápagos un souvenir impérissable et des milliers de précieuses photos.


L'heure de la sieste...




Un dernier au revoir !

Commenter cet article

Nicolas 26/07/2017 16:01

Super article, on envisage d'y aller prochainement. Combien de jours conseillez-vous sur place. Qu'est-ce que vous referiez absolument et qu'est-ce qui n'a pas retenu votre attention plus que ça. On hésite à partir entre 5 et 8 jours. Puis avez-vous fait par vous même la visite des iles ou avez-vous fait une croisière? Merci, il y a peu d'Articles sur les Galapagos et ça m'intéresse beaucoup. Bonne journée

Fabiano 07/07/2017 12:13

Bonjour. J’ai entendu parler des îles Galapagos dans un film :) Du coup, je me suis un peu intéressé à elles, car les images de cette région étaient magnifiques. Je te remercie donc pour toutes ces informations utiles.

Anaïs 23/10/2014 23:52

Bonjour,
Je suis tombée sur blog et je voulais savoir si vous etiez passé par une agence pour votre périple aux iles galapagos?
Mon ami et moi y allons mi novembre et nous voulions savoir si il était possible de s'organiser tout seul une fois sur place?

Merci d'avance.

Anaïs

Romain 07/11/2014 09:12

Bonjour Anaïs,

Oui nous sommes passés par une agence pour organiser notre séjour aux Galapagos. Notre agence (dont je ne me souviens plus le nom) était située à Cuenca. Cependant, tu trouveras de nombreuses agences partout en Equateur proposant des séjours aux Galapagos (c'est une des attractions phares du pays). Je pense qu'il est possible de s'organiser également sur place et trouver facilement des logements hors périodes touristiques (juillet-Août et Décembre-Janvier).

Bon voyage ! Vous n'allez pas regrettez votre escapade dans ces îles magnifiques !

Oliv' 23/12/2009 19:17


On dirait un petit bout de paradis! Vos articles sont tjs aussi riches et complets, je n'en savais pas autant... Vous m'apportez de la nourriture intellectuelle! lol


Colbere MT 05/12/2009 15:53


Il y en a des images, bien touchantes...
Vous en savez des choses, s'pèces d'intellos!
Allez, un petit poutou!
MT


Armand 03/12/2009 22:37


Whaou c'est fou cette proximité entre l'homme et l'animal (je suis tres surpris et amusé par les iguanes marins!).
Merci pour toutes ces photos, wikipédia va pouvoir mettre des liens vers votre blog c'est tres complet!!!!
Bravo, et prenez soin de vous!


À propos

Voyage de plusieurs mois en Amérique du sud, de l'Equateur à la Bolivie, en passant par les Galapagos, l'Amazonie, le Pérou, le Chili, la Patagonie et l'Argentine